Aller au contenu
Accueil » Le co-usage du tabac et du cannabis augmente le risque d’anxiété et de dépression

Le co-usage du tabac et du cannabis augmente le risque d’anxiété et de dépression

Une nouvelle étude met en évidence un lien entre le co-usage du tabac et du cannabis et des taux plus élevés d’anxiété et de dépression.

En analysant les données de l’étude COVID-19 Citizens Health, des chercheurs se sont penchés sur les habitudes de consommation de substances de 53 843 adultes américains entre 2020 et 2022. Les co-consommateurs des deux substances présentaient environ 1,8 fois plus de risques d’avoir ces troubles de santé mentale que les non-consommateurs. Bien que le lien de causalité ne soit pas établi, l’utilisation entremêlée de ces substances met en évidence des risques potentiels pour la santé mentale.

Faits clés :

  • Sur les personnes interrogées, 1,6% ont déclaré consommer à la fois du tabac et du cannabis, dont 26,5% et 28,3% ont déclaré respectivement souffrir d’anxiété et de dépression.
  • Les personnes qui ne consommaient ni tabac ni cannabis déclaraient respectivement souffrir d’anxiété et de dépression dans 10,6% et 11,2% des cas.
  • L’étude a révélé que le co-usage du tabac et du cannabis augmentait d’environ 1,8 fois la probabilité de souffrir d’anxiété et de dépression par rapport aux non-consommateurs.

Source :

PLOS

Selon une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue en libre accès PLOS ONE par Nhung Nguyen de l’Université de Californie à San Francisco, aux États-Unis, et ses collègues, les personnes qui consomment à la fois du tabac et du cannabis sont plus susceptibles de déclarer souffrir d’anxiété et de dépression que celles qui ne consomment que du tabac ou aucune de ces substances.

  • Le tabac et le cannabis figurent parmi les substances les plus couramment consommées dans le monde, et leur co-usage est en hausse avec la légalisation croissante du cannabis.
  • Le co-usage et la consommation de cannabis uniquement étaient également associés à une plus grande probabilité de souffrir d’anxiété par rapport à la consommation de tabac uniquement.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données sur la consommation de substances et la santé mentale de 53 843 adultes américains qui ont participé à des enquêtes en ligne dans le cadre de l’étude COVID-19 Citizens Health Study, qui a collecté des données de 2020 à 2022.

Dans l’ensemble de l’échantillon (âge moyen 51 ans, 67,9 % de femmes), 4,9 % ont déclaré ne consommer que du tabac, 6,9 % seulement du cannabis, 1,6 % les deux substances et 86,6 % aucune des deux. Les proportions de personnes déclarant souffrir d’anxiété et de dépression étaient les plus élevées dans le groupe de co-usage (26,5 % et 28,3 %, respectivement) et les plus faibles dans le groupe de non-usage (10,6 % et 11,2 %).

Par rapport à la non-consommation, les odds ajustés de troubles de santé mentale étaient les plus élevés pour le co-usage (anxiété : OR = 1,89 ; IC à 95% = 1,64-2,18 ; dépression : OR = 1,77 ; IC à 95% = 1,46-2,16), suivis de la consommation de cannabis uniquement, puis de tabac uniquement. Par rapport à la consommation de tabac uniquement, le co-usage (OR = 1,35 ; IC à 95% = 1,08-1,69) et la consommation de cannabis uniquement (OR = 1,17 ; IC à 95% = 1,00-1,37) étaient associés à des odds ajustés plus élevés d’anxiété, mais pas de dépression.

La consommation quotidienne (par rapport à la consommation non quotidienne) de cigarettes, de cigarettes électroniques et de cannabis était associée à des odds ajustés plus élevés d’anxiété et de dépression.

Cette étude ne peut déterminer de relation de causalité. Cependant, les auteurs concluent que le co-usage du tabac et du cannabis est associé à une mauvaise santé mentale et suggèrent que l’intégration d’un soutien en santé mentale aux programmes de sevrage du tabac et du cannabis pourrait contribuer à remédier à ce lien.

About Author